La nécessité de l’échange pour des séances – Pour les guérisseurs et pas seulement…

Rien n’est accidentel dans la vie, ni le sujet que je développerai aujourd’hui. Il est temps que j’écrive sur la loi universelle qui m’a été donnée en tant que « directive » par mes professeurs. La directive qui m’a amené à me rebeller contre eux, la directive à laquelle j’ai résisté et qui a été une source de « tension » entre nous. Ce que je ne comprenais pas à l’époque, c’était que mon refus de l’appliquer constituait un obstacle au développement personnel et au progrès des personnes qui venaient me demander de l’aide, mais aussi à ma propre évolution car ce refus était pour moi une cause de colère, d’indignation, d’amertume et, par conséquent, de maladie.

Rien n’est accidentel dans la vie, ni le sujet que je développerai aujourd’hui. Il est temps que j’écrive sur la loi universelle qui m’a été donnée en tant que « directive » par mes professeurs. La directive qui m’a amené à me rebeller contre eux, la directive à laquelle j’ai résisté et qui a été une source de « tension » entre nous. Ce que je ne comprenais pas à l’époque, c’était que mon refus de l’appliquer constituait un obstacle au développement personnel et au progrès des personnes qui venaient me demander de l’aide, mais aussi à ma propre évolution car ce refus était pour moi une cause de colère, d’indignation, d’amertume et, par conséquent, de maladie.

Je parle de la « loi universelle de l’échange ».

L’inspiration m’est venue ce matin lorsque j’ai atterri à Chypre pour un court voyage d’affaires. J’ai commencé à parler à un jeune bonhomme en attendant ma voiture de location à l’aéroport. Quand je lui ai dit ce que je faisais (pour gagner ma vie et / ou comme ma mission dans la vie), il m’a dit que, dès son plus jeune âge, il accompagnait aussi des gens en leur montrant le côté positif de la vie et en les aidant à améliorer leur vie. en changeant leur façon de penser. Quand je lui ai demandé pourquoi il ne le faisait pas professionnellement, il a répondu: « Je ne peux pas accepter d’argent pour cela. Le voyant qui m’a demandé d’aider les gens m’a dit que je devais être payé pour mes services mais je n’ai pu le faire que pendant un moment, mais quand quelqu’un devait revenir vers moi parce que son problème n’avait pas été résolu et qu’il devait me payer à nouveau, je ne pouvais pas être moi-même et l’aider car je me sentais obligé de lui donner quelque chose de concret; une solution ».

Ce qu’il a dit a eu un sens pour moi… Je savais exactement de quoi il parlait… Je pouvais me voir plus jeune en lui. Pendant des années, je pensais que la loi de l’échange a été rédigé par l’homme et non pas par l’univers, dans un but lucratif et pour l’exploitation des gens dans leurs moments les plus faibles.

Pendant de nombreuses années, mes professeurs ont essayé de m’aider à comprendre cette loi, mais en vain. Je ne pouvais pas la comprendre. Ils m’ont dit qu’en particulier dans le monde occidental et pour des gens comme nous, des gens qui n’ont pas atteint le niveau d’altruisme des grands maîtres spirituels, un échange est nécessaire, mais je ne les écoutais pas. Je n’ai pas été alertée par le fait que les gens revenaient avec les mêmes problèmes en répétant la même chose. Que je me sentais fatiguée et frustrée de les voir perpétuer leur situation. Qu’ils ne faisaient rien pour améliorer leurs vies et espéraient que les choses s’arrangeraient et que les autres changeraient par une « baguette magique ». Que j’étais très en colère contre eux parce qu’ils n’ont rien fait avec l’aide et les conseils que je leur ai donnés et ainsi de suite.

Jusqu’au jour où ça m’a frappé … Le jour où j’ai enfin compris de quoi parlaient mes professeurs … Le jour où j’ai compris pourquoi et comment fonctionnait la loi universelle de l’échange !

Il doit toujours y avoir une forme d’échange entre la personne qui donne et celle qui reçoit pour plusieurs raisons.

Premièrement, la personne qui reçoit doit participer activement à sa propre guérison. Elle doit s’y investir. Cela fait partie du processus dans chaque méthode thérapeutique. Quand quelqu’un reçoit quelque chose, il devrait aussi donner quelque chose en retour. Si une personne reçoit un traitement gratuit, il est probable qu’elle n’y soit pas investie (« Si c’est gratuit, cela n’a aucune valeur »), de sorte que la guérison ne se produit pas. C’est une perte de temps et d’énergie pour les deux parties. Dans de nombreux cas, l’échange fonctionne comme une motivation subconsciente pour la personne qui a besoin d’aide. Le montant de la « compensation » n’a pas d’importance « J’ai payé pour cela, donc; je devrais au moins faire un effort ! »

Deuxièmement, si nous n’obtenons rien en échange, nous nous mettons sur un « trône ». Nous créons l’impression qu’en tant que guérisseurs / thérapeutes, etc., nous sommes supérieurs à la personne qui nous demande de l’aide et qu’il n’a rien de valeur à nous offrir en retour. Nous lui faisons sentir comme une personne sans valeur, un fait qui d’un côté « nourrit » notre ego et ; de l’autre côté, des sentiments (subconscients) de dégoût / colère / amertume de la part de la personne qui reçoit. Notre relation peut en souffrir à cause de ce déséquilibre (énergétique), à cause de ce déficit qui se crée entre la personne qui donne et celle qui reçoit ; le bénéficiaire se sent « redevable » alors que le donneur peut se sentir « magnanime » …

Pour conclure, tout travail mérite d’être récompensé. Même si la méthode / technique que nous utilisons n’est pas le résultat d’études pour lesquelles nous avons consacré du temps, des efforts et de l’argent, même si nous utilisons un « don » pour lequel nous n’avons rien fait pour « mériter », nous devons tout de même obtenir quelque chose en échange pour cela. Bien que nous sachions que nous ne pouvons pas s’attribuer le mérite de la guérison, car nous l’avons seulement facilitée, nous devrions recevoir quelque chose en échange du temps que nous avons passé avec la personne à faciliter sa guérison.

Lorsque nous utilisons le mot « échange », la plupart d’entre nous pensent immédiatement à l’argent. Cela parait tout à fait naturel et normal de recevoir un paiement si on est des professionnels dans n’importe quel métier. Si, toutefois, nous ne faisons quelque chose que de temps en temps, nous devrions demander en échange pour le temps et notre disponibilité. Parmi les membres d’une famille, l’échange est spontané, automatique et ne doit pas nécessairement prendre une forme spécifique.

Néanmoins, quant aux connaissances et les personnes que nous ne connaissons pas, nous devrions convenir d’une forme d’échange : de l’argent, des objets, des services, etc. Si les deux parties sont satisfaites de la forme de l’échange, la valeur monétaire n’est pas importante.

Alors que beaucoup diabolisent toutes sortes d’échanges, et en particulier ceux en argent, en tant que « la racine de tout mal », il faut se rappeler que l’argent est une forme d’énergie et rien d’autre. Dans notre monde complexe, nous avons besoin d’un moyen de transfert d’énergie simple, convenu entre nous, qui soit facile, mondialement accepté et pratique. L’argent nous permet de représenter l’énergie de manière tangible et portable.

L’énergie n’est jamais « négative » ou « positive ». Elle est toujours neutre. La même chose vaut pour l’argent. L’énergie qu’il porte est neutre et qu’il reçoive une charge « négative » ou « positive » dépend de la façon dont nous l’avons obtenu et de la façon dont nous l’utilisons. Quand il est acquis et utilisé avec intégrité et en harmonie avec les autres lois universelles telles que la loi de l’engagement, la loi de la gratitude, etc., il peut très bien être utilisé comme « monnaie » pour l’échange d’énergie.

En résumé, chaque fois que nous facilitons la guérison d’une personne, nous devrions penser à la loi universelle de l’échange et l’appliquer.

Je parle de la « loi universelle de l’échange ».

L’inspiration m’est venue ce matin lorsque j’ai atterri à Chypre pour un court voyage d’affaires. J’ai commencé à parler à un jeune bonhomme en attendant ma voiture de location à l’aéroport. Quand je lui ai dit ce que je faisais (pour gagner ma vie et / ou comme ma mission dans la vie), il m’a dit que, dès son plus jeune âge, il accompagnait aussi des gens en leur montrant le côté positif de la vie et en les aidant à améliorer leur vie. en changeant leur façon de penser. Quand je lui ai demandé pourquoi il ne le faisait pas professionnellement, il a répondu: « Je ne peux pas accepter d’argent pour cela. Le voyant qui m’a demandé d’aider les gens m’a dit que je devais être payé pour mes services mais je n’ai pu le faire que pendant un moment, mais quand quelqu’un devait revenir vers moi parce que son problème n’avait pas été résolu et qu’il devait me payer à nouveau, je ne pouvais pas être moi-même et l’aider car je me sentais obligé de lui donner quelque chose de concret; une solution ».

Ce qu’il a dit a eu un sens pour moi… Je savais exactement de quoi il parlait… Je pouvais me voir plus jeune en lui. Pendant des années, je pensais que la loi de l’échange a été rédigé par l’homme et non pas par l’univers, dans un but lucratif et pour l’exploitation des gens dans leurs moments les plus faibles.

Pendant de nombreuses années, mes professeurs ont essayé de m’aider à comprendre cette loi, mais en vain. Je ne pouvais pas la comprendre. Ils m’ont dit qu’en particulier dans le monde occidental et pour des gens comme nous, des gens qui n’ont pas atteint le niveau d’altruisme des grands maîtres spirituels, un échange est nécessaire, mais je ne les écoutais pas. Je n’ai pas été alertée par le fait que les gens revenaient avec les mêmes problèmes en répétant la même chose. Que je me sentais fatiguée et frustrée de les voir perpétuer leur situation. Qu’ils ne faisaient rien pour améliorer leurs vies et espéraient que les choses s’arrangeraient et que les autres changeraient par une « baguette magique ». Que j’étais très en colère contre eux parce qu’ils n’ont rien fait avec l’aide et les conseils que je leur ai donnés et ainsi de suite.

Jusqu’au jour où ça m’a frappé … Le jour où j’ai enfin compris de quoi parlaient mes professeurs … Le jour où j’ai compris pourquoi et comment fonctionnait la loi universelle de l’échange !

Il doit toujours y avoir une forme d’échange entre la personne qui donne et celle qui reçoit pour plusieurs raisons.

Premièrement, la personne qui reçoit doit participer activement à sa propre guérison. Elle doit s’y investir. Cela fait partie du processus dans chaque méthode thérapeutique. Quand quelqu’un reçoit quelque chose, il devrait aussi donner quelque chose en retour. Si une personne reçoit un traitement gratuit, il est probable qu’elle n’y soit pas investie (« Si c’est gratuit, cela n’a aucune valeur »), de sorte que la guérison ne se produit pas. C’est une perte de temps et d’énergie pour les deux parties. Dans de nombreux cas, l’échange fonctionne comme une motivation subconsciente pour la personne qui a besoin d’aide. Le montant de la « compensation » n’a pas d’importance « J’ai payé pour cela, donc; je devrais au moins faire un effort ! »

Deuxièmement, si nous n’obtenons rien en échange, nous nous mettons sur un « trône ». Nous créons l’impression qu’en tant que guérisseurs / thérapeutes, etc., nous sommes supérieurs à la personne qui nous demande de l’aide et qu’il n’a rien de valeur à nous offrir en retour. Nous lui faisons sentir comme une personne sans valeur, un fait qui d’un côté « nourrit » notre ego et ; de l’autre côté, des sentiments (subconscients) de dégoût / colère / amertume de la part de la personne qui reçoit. Notre relation peut en souffrir à cause de ce déséquilibre (énergétique), à cause de ce déficit qui se crée entre la personne qui donne et celle qui reçoit ; le bénéficiaire se sent « redevable » alors que le donneur peut se sentir « magnanime » …

Pour conclure, tout travail mérite d’être récompensé. Même si la méthode / technique que nous utilisons n’est pas le résultat d’études pour lesquelles nous avons consacré du temps, des efforts et de l’argent, même si nous utilisons un « don » pour lequel nous n’avons rien fait pour « mériter », nous devons tout de même obtenir quelque chose en échange pour cela. Bien que nous sachions que nous ne pouvons pas s’attribuer le mérite de la guérison, car nous l’avons seulement facilitée, nous devrions recevoir quelque chose en échange du temps que nous avons passé avec la personne à faciliter sa guérison.

Lorsque nous utilisons le mot « échange », la plupart d’entre nous pensent immédiatement à l’argent. Cela parait tout à fait naturel et normal de recevoir un paiement si on est des professionnels dans n’importe quel métier. Si, toutefois, nous ne faisons quelque chose que de temps en temps, nous devrions demander en échange pour le temps et notre disponibilité. Parmi les membres d’une famille, l’échange est spontané, automatique et ne doit pas nécessairement prendre une forme spécifique.

Néanmoins, quant aux connaissances et les personnes que nous ne connaissons pas, nous devrions convenir d’une forme d’échange : de l’argent, des objets, des services, etc. Si les deux parties sont satisfaites de la forme de l’échange, la valeur monétaire n’est pas importante.

Alors que beaucoup diabolisent toutes sortes d’échanges, et en particulier ceux en argent, en tant que « la racine de tout mal », il faut se rappeler que l’argent est une forme d’énergie et rien d’autre. Dans notre monde complexe, nous avons besoin d’un moyen de transfert d’énergie simple, convenu entre nous, qui soit facile, mondialement accepté et pratique. L’argent nous permet de représenter l’énergie de manière tangible et portable.

L’énergie n’est jamais « négative » ou « positive ». Elle est toujours neutre. La même chose vaut pour l’argent. L’énergie qu’il porte est neutre et qu’il reçoive une charge « négative » ou « positive » dépend de la façon dont nous l’avons obtenu et de la façon dont nous l’utilisons. Quand il est acquis et utilisé avec intégrité et en harmonie avec les autres lois universelles telles que la loi de l’engagement, la loi de la gratitude, etc., il peut très bien être utilisé comme « monnaie » pour l’échange d’énergie.

En résumé, chaque fois que nous facilitons la guérison d’une personne, nous devrions penser à la loi universelle de l’échange et l’appliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *