“Qu’est-ce que les gens* penseront ? “

Comment surmonter l’inquiétude ou pire encore le stress à propos de ce que les autres en penseront ?

Pourquoi est-il si difficile d’être fidèle à soi-même et de poursuivre ses rêves ? Pourquoi la désapprobation des gens ressemble-t-elle à un rejet ? Que pensons-nous qu’il nous arrivera si les gens désapprouvent ?

Voici (une partie) de mon histoire et comment j’ai surmonté la peur de ce que les gens penseront.

J’ai grandi dans un environnement violent. Bien que je n’aie jamais été agressée physiquement, j’en ai été témoin et j’ai été victime d’abus émotionnel, mental, psychologique et moral.

Quand il y avait des cris, des bagarres et des jurons (quelque chose qui arrivait assez souvent), nous entendions les portes et les fenêtres se fermer et une voix disant « Baisse ta voix ! Les voisins pourraient nous entendre ! ». Le lendemain, nous sortions tous, à l’école ou ailleurs, bien entretenus et respectables comme si de rien n’était. Tous mes amis étaient jaloux de ma famille, en particulier de mon père, et ils ont tous dit qu’ils souhaitaient que leur père soit comme le mien. Je n’ai jamais su répondre à cela. Je savais que je ne pouvais pas leur dire ce qui se passait dans notre maison. J’avais appris que les voisins ne devraient jamais savoir. Donc, pendant des années cela m’a fait doutet de mes propres expériences, douter de mes propres sentiments.

« Si tout le monde dit que mes parents sont très bons, ils doivent l’être. Peut-être que ce qui se passe est normal. Peut-être que j’exagère. Mais pourquoi ça fait si mal à l’intérieur ? Pourquoi ai-je toujours si peur ? Pourquoi ai-je l’impression qu’il y a quelque chose qui ne va pas ? Pourquoi j’ai l’impression que me parents ne sont pas mes vrais parents ? Que peut-être ils m’ont adoptée ? »

Cela a empiré lorsque mes parents ont finalement divorcé, car je n’avais pas non plus le droit d’en parler. « Que penseront les gens s’ils découvrent que je suis divorcée ? » Ma mère disait. « Ce sera un coup dur pour mon image sociale. Que penseront mes collègues ? Quant à vous, vous savez ce que les gens pensent des enfants qui viennent de familles brisées. PERSONNE NE DOIT SAVOIR ! ».

Donc, nous avons gardé les apparences pendant des années. Mon père serait toujours là pour les fêtes ou les anniversaires organisés par ma mère, prétendant que nous étions toujours une famille. Nous avons dû sourire et les voir échanger des plaisanteries comme si rien n’avait changé. Mais le reste du temps, quand mes quelques amis me demandeaint où était mon père, je devais trouver des excuses. Je devais inventer un nouveau mensonge à chaque fois. C’est ce que ma mère m’avait demandé de faire pour la protéger et pour protéger moi-même. C’est ce que je devais faire pour être une bonne fille.

C’est arrivé au point que, à l’adolescence, je n’avais pas d’amis. Je n’avais que des copains sportifs étant le garçon manqué que j’étais. Le fait est que je ne pouvais me sentir proche de personne. Les relations se créent et se cultivent par le partage ; partage de pensées, des secrets, des expériences. Je n’avais pas le droit de partager… C’est pour ça que je suis devenu solitaire. J’ai excellé dans les sports et les performances académiques, mais j’ai toujours été solitaire afin de « protéger » ma famille.

Mon enfance explique pourquoi la question « Que penseront les gens ? » a toujours sonné menaçant et a instillé une profonde peur en moi. « Les gens ne peuvent jamais savoir ! Je dois m’assurer qu’ils ne penseront que de bonnes choses de moi et de ma famille. Je dois etre conforme à ce qu’ils attendent ! »

Alors, je me suis « mutilé » en éliminant toutes les parties de moi qui n’étaient pas conformes craignant ce que les gens penseront s’ils connaissaient la vérité, s’ils connaissaient ma vérité.

J’ai passé la plus grande partie de ma vie à me soucier de ce que les gens penseraient de moi et j’ai gaspillé beaucoup d’énergie à essayer d’être aimé par tous. J’ai passé la plus grande partie de ma vie coincée dans mon mode d’enfant intérieur, toujours ayant peur de ce que les gens penseraient.

En tant qu’adulte, je n’ai jamais cessé de penser à ce qui se passerait réellement si les gens formaient une mauvaise opinion de moi J’étais coincée dans cette période de ma vie quand j’étais un enfant sans défense, quand je devais me conformer aux « directives » pour assurer ma survie.

Il m’a fallu beaucoup de difficultés, de travail acharné et de guérison de ma part avant de réaliser que ce que les gens penseront de moi, dépend uniquement du type de personnes qu’ils sont et pas du tout du genre de personne que je suis.

La plupart des gens se feront une opinion sur vous (juste ou injuste) dès le départ et, quoi que vous fassiez ou disiez, ils l’utiliseront pour renforcer cette opinion. Des personnes bienveillantes vous donneront toujours le bénéfice du doute, vous demanderont des éclaircissements ou essaieront de voir les choses sous tous les angles. Les personnes malveillantes vont même déformer les faits pour qu’elles corroborent ce qu’elles pensaient initialement de vous.

J’aurais aimé savoir tout cela à l’époque où j’étais enfant. Si j’en avais parlé, peut-être qu’un voisin ou le parent d’un ami aurait pu prendre des mesures. Peut-être le cauchemar aurait pris fin plus tôt. Qui sait ce qui aurait pu arriver ?

Je ne me blâme pas de ne pas avoir parlé quand j’étais enfant. Les enfants ne sont jamais responsables de ce qui leur arrive. Je suis juste reconnaissant d’être là où je suis maintenant et d’avoir pardonné aux personnes impliquées dans ce que j’ai dû vivre. C’est grâce à mon passé que je suis qui je suis maintenant. C’est grâce à mon passé que je peux maintenant accompagner d’autres personnes qui essaient de découvrir leur propre valeur, de reconnaître et de dire leur vérité et de vivre une vie épanouissante.

C’est la raison pour laquelle je partage mon histoire. Pour encourager d’autres personnes à faire de même. 

En nous exprimant, nous envoyons un message à d’autres comme nous. Nous leur faisons savoir qu’ils ne sont pas seuls. Nous les encourageons également à s’exprimer et à demander de l’aide.

* le mot « gens » peut également être remplacé par: ma mère / père / conjoint / enfants / famille / parents etc.

Photo by Ben White on Unsplash

Lire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Telechargement gratuit «Recentrez-vous en 3’»

Télécharger le livre «Recentrez-vous en 3 minutes»

Un protocole d’acupression très simple et court qui nous aide à reprendre le contrôle de nos vies

Cliquez ici pour télécharger.

Resservez une séance gratuite de 20 minutes.

Abonnez-vous à notre newsletter

 

x