Qu’est-ce que notre colère essaie de nous dire ?

Il y a presque un an, j’ai écrit un article sur la colère et comment nous pouvions l’exploiter à notre avantage. Je ne savais pas à l’époque que maîtriser ou transformer notre colère ne suffisait pas.

Réaliser que notre colère essaye de nous dire quelque chose et nous ne pouvons pas simplement l’ignorer en transformant son énergie m’a pris une année entière et un bras fracturé.

Permettez-moi de commencer par le début de l’histoire

La colère n’avait jamais été un problème pour moi. Je n’étais jamais en colère. Ou du moins je le pensais. J’étais trop gentil, tolérante, spirituel, etc. pour me mettre en colère.

En 2016, lors d’un entraînement à l’Ennéagramme, une base 8, un chef, m’a dit à moi, à une base 2, un aidant, que je devais m’asseoir sur ma colère. J’étais choquée. « Comment ose-t-elle ? », Ai-je pensé. Comment pouvait-elle me dire de m’asseoir sur ma colère? « Ça doit être une projection », me suis-je dit. « Elle voit en moi ce qu’elle a en elle ». Je n’aurais pas pu me tromper plus …

J’étais trop fière pour admettre même à moi-même que je pouvais aussi me mettre en colère. Pourtant, j’étais en colère la plupart du temps. Néanmoins, l’univers m’a remis au clair. La vie m’a fait vivre une série d’événements qui m’ont aidé à voir la colère que je m’étais diligemment cachée. Je pouvais la ressentir brûler dans mon cœur et faire monter mon sang vers ma tête. Je pouvais sentir la chaleur, le désir de l’extérioriser par des actions destructrices. C’est alors que j’ai été inspiré pour écrire l’article sur la colère. « Je ne peux pas laisser ça être destructeur ! », Me suis-je dit. « Je peux la transformer. Je peux en faire quelque chose de bien ».

Et ça a marché. Pendant toute une année, je faisais du sport comme une folle. Toutes mes frustrations, que je me suis alors permis de ressentir, ont été évacuées par l’exercice physique. Mon instructeur de tennis disait: « Pourquoi jouez-vous si dur ? Il y a des moments pour jouer dur et des moments pour jouer doucement ». J’ai seulement répondu à sa question dans ma tête. « Si je ne frappe pas fort la ball, je pourrais faire quelque chose de destructeur. Je pourrais blesser quelqu’un ou moi-même. Frapper fort la ball ne fait de mal à personne. »

J’ai donc pensé que j’allais bien. Je pensais que tout allait bien. Je n’ai blessé personne. Je ne me suis pas blessé. J’étais OK. Je m’améliorais même au tennis!

Je pensais avoir trouvé l’antidote à la colère, alors j’ai écrit l’article sur la façon de l’exploiter.
Je ne me suis jamais poser la question sur la racine de ma colère; sur le pourquoi j’étais vraiment en colère. Je n’ai jamais pris le temps de m’asseoir dessus, de la regarder dans les yeux et de l’affronter. J’avais trop peur de la regarder. La regarder signifierait la voir. La voir signifierait devoir agir. Devoir agir signifierait changer. Changer signifierait l’inconnu. L’inconnu fait peur à l’ego. L’ego préfère ne pas voir …

Toutefois l’univers avait d’autres projets …

Il y a trois semaines, la colère m’a frappé la porte à nouveau et elle l’a frappée fort. Elle était incontrôlable. Je me suis immédiatement dirigée vers le court de tennis et j’ai commencé à jouer comme une maniaque. J’étais hors de moi à cause de ma rage. Je ne pouvais pas voir clairement. Je suis tombée. Je me suis fracturée le bras. Cela m’a ,mise encore plus en colère. Cette fois-ià, je ne pouvais pas me débarrasser de ma colère. L’exercice physique était et est toujours hors de question. Je devais m’asseoir sur ma colère …

Je me suis assise et assise et assise dessus. Jusqu’à ce que la colère se dissipe. J’ai commencé à voir clairement. J’ai regardé la racine de ma colère. J’ai regardé la cause. J’ai décidé de passer à l’action. J’ai commencé à changer les choses. J’ai de moins en moins peur du changement à mesure que j’agis. L’action m’amène à l’ici et maintenant qui fait disparaître la peur.

Je suis heureuse de dire qu’en vieillissant, je continue à apprendre. Je ne m’accroche pas aux croyances passées sans les remettre en question, surtout lorsque les preuves montrent le contraire. Lorsqu’on me demande quelque chose, je dis toujours: « C’est ce que je crois aujourd’hui. Je ne sais pas si j’y croirai demain ».

Il y a un an, je pensais que nous devions transformer notre colère en quelque chose de créatif. Aujourd’hui, je crois que nous devons nous asseoir dessus, la regarder dans les yeux et voir ce qu’elle a à dire.

En conclusion, en ce qui concerne la colère, vous devez faire deux choses. Transformez-la afin qu’elle ne soit pas destructrice mais en même temps écoutez tout ce qu’elle essaie de vous dire. Ne l’ignorez jamais ! Si vous le faites, vous en subirez les conséquences et vous ne briserez jamais son cercle vicieux.

Lisez :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Telechargement gratuit « Recentrez-vous en 3’ »

Télécharger le livre « Recentrez-vous en 3 minutes »

Abonnez-vous à notre newsletter et téléchargez gratuitement le livre «Rentrez-vous en 3 minutes»

 

Resservez une séance gratuite de 20 minutes.

Abonnez-vous à notre newsletter

 

x