Nos valeurs peuvent-elles nuire à notre bien-être ?

Quelle question bizarre ! Comment les valeurs peuvent-elles nuire à notre bien-être ? Les valeurs sont toujours « bonnes ». Ce sont les principes moraux sur lesquels nous vivons, n’est-ce pas ?

Eh bien, laissez-moi vous dire une chose sur ce qui est bien. Le bien présuppose l’existence du mal. Nous vivons dans un monde de dualité ; bon ou mauvais, grand ou petit, juste ou injuste et ainsi de suite. Cette dualité est une concoction du cerveau humain qui ne parvient pas à percevoir la réalité telle qu’elle est. Notre cerveau ne parvient pas à percevoir l’unité qui est une vérité universelle qui est le contraire d’un mensonge universel… Quelle énigme ; tout mot que je pourrais utiliser a un contraire…

Quoi qu’il en soit, ce que j’essaie de dire avec tout cela, c’est que cette unité signifie que les contraires coexistent dans tout et dans chaque concept. Pour que le cerveau humain comprenne cela, nous pourrions dire de façon simpliste que les opposés sont les deux extrêmes de chaque idée et que l’unité est l’équilibre, le « nombre d’or » qui a représenté pendant des siècles l’harmonie parfaite, ou la proportion la plus attrayante dans presque toutes les choses.

Il en va de même avec les valeurs. Si nous prenons une valeur à l’extrême, cela commence à jouer contre nous et devient quelque chose de mauvais.

Pour illustrer mon propos, je prendrai les 5 valeurs fondamentales qui ont façonné et façonnent toujours ma vie :

la sagesse, la bonté, la gratitude, la paix intérieure, la tolérance

La sagesse

La sagesse est la connaissance de ce qui est vrai ou associée à un juste jugement quant à l’action. Poussée à l’extrême, la sagesse devient une soif insatiable de connaissance à tel point qu’elle laisse peu ou pas de place à l’action juste, ce qui est, pour plusieurs personnes, le meilleur antidote à l’inquiétude, à la réflexion excessive et à tous les effets néfastes d’un cerveau oisif. Poussé à l’extrême, il nous laisse nous sentir indignes et cela nous empêche d’utiliser la sagesse que nous avons pour le bien de soi ou des autres. Cela peut conduire à un doute de soi constant et à une poursuite de la recherche de la sagesse qui est un cercle vicieux.

Permettez-moi de vous donner un exemple de la façon dont cette version extrême, « nuisible », de cette valeur s’est manifestée dans ma vie. Mon travail d’enseignante et de guérisseuse requiert de la « sagesse » et une connaissance de la nature humaine. J’ai été formé à de nombreuses méthodes et techniques mais il y en a toujours plus. Je suis souvent tentée de dépenser beaucoup d’énergie et de temps à me plonger dans une nouvelle méthode. Je dois vraiment être consciente de cette déviation de la vraie sagesse et m’assurer d’être guidé par ma voix intérieure avant de m’inscrire à une nouvelle formation ou de me lancer dans de nouvelles études. Vous pouvez trouver un autre exemple dans mon blog Pourquoi j’enseigne le Reiki.

La bonté

La bonté est la qualité d’être moralement bon ou vertueux. Une bonne question serait : « Comment pouvons-nous pousser la bonté à l’extrême ? ». Eh bien, nous le pouvons et je connais beaucoup de gens qui le font, mon « ancien moi » y compris. Si par notre bonté nous négligeons complètement nous-mêmes et nos besoins fondamentaux, nous avons poussé la bonté à l’extrême. Si nous nous trouvons épuisés à prendre soin des autres sans avoir le temps de prendre soin de nous-mêmes, nous en faisons trop avec la bonté. La bonté doit commencer par le soi. Si nous ne sommes pas bons avec nous-mêmes, comment pouvons-nous vraiment être bons avec les autres. Si nous ne nous assurons pas que nos besoins de base (comme un sommeil ou un repos suffisant) sont satisfaits, où trouverons-nous la force ou l’endurance nécessaires pour être bons avec les autres ?

À l’exception de quelques êtres éclairés qui sont venus dans ce monde en tant que véritables altruistes avec la mission d’aider les autres, la plupart d’entre nous sont venus ici avec la mission principale de nous aider avant de pouvoir aider les autres. Mais même ces personnes, comme mère Theresa, dormaient et avaient besoin de nourriture pour survivre, alors, vous aussi, assurez-vous que votre bonté commence par vous-même. Lisez le blog « Ressentez-vous le besoin d’aider les autres ? » pour plus de clarté.

La gratitude

La gratitude est la qualité d’être reconnaissant, la volonté de montrer son appréciation et de rendre de la gentillesse. La gratitude aide à voir toutes les bénédictions dans nos vies et entraîne également notre cerveau à repérer les opportunités comme mon blog sur « La gratitude et comment elle peut transformer nos vies » explique.

La gratitude est poussée à l’extrême lorsque nous utilisons la gratitude comme excuse pour l’inaction. Le problème commence lorsque la gratitude est fausse parce que c’est « la chose spirituelle à faire » et que nous ignorons nos vrais sentiments qui doivent être reconnus avant de pouvoir agir. Les blogs sur « Les écueils de la pensée positive » et sur « Le moi imaginaire » illustrent mon propos.

La paix intérieure

La paix intérieure (ou la tranquillité d’esprit) fait référence à un état délibéré de calme psychologique ou spirituel malgré la présence potentielle de facteurs de stress. La phrase clé ici est malgré la présence potentielle de facteurs de stress. C’est la capacité de conserver notre sérénité quelles que soient nos circonstances.

Beaucoup de gens en quête de paix intérieure la recherchent ou ne peuvent la trouver que lorsqu’ils se retirent de la société, de l’interaction humaine qui pour moi est la VIE. Si la paix intérieure ne peut être atteinte que loin de la vie, ce n’est pas la paix intérieure. Ne nous trompons pas en pensant que nous l’avons atteint, s’il n’est présent que lorsque nous sommes séparés de la VIE. Ne poussons pas sa quête à l’extrême et ne nous éloignons pas de la société si la vie monastique n’est pas notre mission. Lisez mon blog sur « La spiritualité et la vie spirituelle » pour mieux comprendre mon point de vue.

La tolérance

La tolérance est la capacité ou la volonté de tolérer l’existence d’opinions ou de comportements que l’on n’aime pas ou avec lesquels on n’est pas d’accord et qui sont très bénéfiques pour la société. Il favorise la paix et la compréhension entre les différentes cultures, religions et civilisations. Cela peut nous aider à nouer des amitiés « improbables » et enrichir nos vies.

Une autre définition de la tolérance est la capacité de supporter une soumission continue à quelque chose comme un médicament ou des conditions environnementales sans réaction indésirable. Si nous remplaçons la drogue par l’abus et les conditions environnementales par la violence, la tolérance a pris une très mauvaise signification. Certains comportements ou actions ne doivent simplement PAS être tolérés et bien que nous ne devrions pas facilement « condamner » la personne qui les fait ne sachant pas d’où ils viennent ni quelles sont leurs circonstances, nous devons condamner leurs actions ou comportements et agir immédiatement pour arrêter les actions et comportements nuisibles ou au moins, protégez-nous d’eux ! Cliquez ici pour voir la vidéo de mon entretien avec Feroshia Knight dans lequel je parle de la bonté, de la paix intérieure et pourquoi même les « méchants » ont un rôle, entre autres, à jouer sur cette terre.

En tout

Nous devons toujours être à l’affût et faire constamment un auto-contrôle pour nous assurer que nos valeurs sont le phare qui nous mène au développement personnel et à la meilleure version de nous-mêmes plutôt qu’un trou noir, nous aspirant et nous envoyant tourner aux endroits sombres.

Soyez vigilant et utilisez vos valeurs de la « bonne » manière pour vous et pour les autres !

Photo by Road Trip with Raj on Unsplash

Regardez :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Telechargement gratuit « Recentrez-vous en 3’ »

Télécharger le livre « Recentrez-vous en 3 minutes »

Abonnez-vous à notre newsletter et téléchargez gratuitement le livre «Rentrez-vous en 3 minutes»

 

Resservez une séance gratuite de 20 minutes.

Abonnez-vous à notre newsletter

 

x