Des choix difficiles et comment les faire

Développement Personnel & Croissance Life Coaching Relations

Des choix difficiles et comment les faire

À la recherche de la paix intérieure dans un monde en 3D

Hier soir, j’ai reçu la question suivante via mon groupe Facebook, The Inner Peace Seekers Society :

« Je me demandais si nos choix s’impactaient les uns sur les autres, mais alors comment pouvons-nous faire des choix contradictoires. Par exemple, si une personne souhaite déménager dans une nouvelle ville pour des études supérieures, elle doit envisager quitter ses parents . Si les parents ne se sentent pas bien, déménager en ville signifierait être insensible à leur égard. Si la personne ne déménage pas en ville et sacrifie son objectif d’études supérieures, elle est insensible à elle-même. J’espère pouvoir faire passer le message. Comment faire face à ces choix contradictoires ? »

Pour être honnête, j’étais heureuse mais en même temps je ressentais le besoin d’être prudente car ma réponse pouvait être considérée comme controversée et déclencher un conflit. La vérité est que je suis une personne qui essaie d’éviter les conflits si possible. À tel point que j’ai évité les conflits à tout prix. J’avais l’habitude de redouter les conflits, car la réponse de mon système nerveux à mon traumatisme d’enfance serait de craquer plutôt que de se battre, de fuir ou de geler. J’essaie toujours d’éviter les conflits inutiles, c’est-à-dire de faire la polémique sur de choses sans importance qui ne font aucune différence dans la vie de qui que ce soit, mais renforcent plutôt l’Ego. Je vois cela comme un énorme gaspillage de mon énergie. Néanmoins, de nos jours, j’entrerai dans un conflit si l’enjeu en vaut la peine selon mon système de décision personnel, qui est mes valeurs. J’ai fini par comprendre que, parfois, éviter les conflits signifie éviter la vie.

Qu’est-ce qu’un conflit ?

Parmi ses nombreuses définitions, voici celle qui est pertinente en la matière :

« une situation dans laquelle il y a des demandes ou des idées opposées et un choix doit être fait entre elles »
( https://dictionary.cambridge.org/dictionary/english/conflict)

En lisant la définition, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander :

Quel type de choix n’est pas conflictuel ?

Notre vie est faite de choix et, chaque fois que nous en faisons un, cela signifie que nous avons rejeté un nombre défini ou infini d’autres choix.

Plus d’exemples de choix contradictoires

Voici d’autres choix conflictuels et réels dont j’ai été témoin et sur lesquels j’ai dû travailler avec mes clients et moi-même :

Exemple 2

« Je viens d’apprendre que ma mère a tourné mon frère et moi l’un contre l’autre afin d’obtenir de l’argent de nous deux pour satisfaire sa dépendance à la chirurgie esthétique. Elle me racontait d’horribles mensonges sur la façon dont mon frère la maltraitait et lui prenait de l’argent pour ses propres besoins. Elle racontait des histoires similaires à mon frère à mon sujet. En conséquence, nous lui donnerions tous les deux de l’argent et nous nous en voulussions. Elle prend de l’argent à d’autres membres de notre famille en leur mentant sur le fait qu’elle est malade et qu’elle a besoin d’argent pour des traitements parce que ses enfants l’ont abandonnée. Elle possède un appartement qu’elle loue et a une assez bonne pension mais elle habite dans un appartement que mon frère et moi avons hérité de notre père que notre mère a quitté et divorcé quand nous étions petits. Mon frère et moi lui ont donné cet appartement parce qu’elle a dit qu’elle voulait être proche de nous pour nous aider avec nos enfants et tout. Mais quand elle est entrée dans l’appartement, les mensonges ont commencé (ou ont continué pour autant que je sache). Mon frère et moi pourrions vraiment utiliser l’argent du loyer. Devrions-nous expulser notre mère? Elle ne serait pas sans abri, ni démunie. Mais est-ce moralement juste ? »

Exemple 3

« Je suis une femme au foyer. Pendant des années, mon père âgé m’a fait croire qu’il ne pouvait pas payer ses traitements médicaux et je le soutenais financièrement grâce à l’argent de mon mari. J’ai récemment découvert que sa pension est plus que suffisante pour couvrir tous ses frais médicaux et lui offrir une vie très confortable. Dois-je donner de l’argent à mon père pour un traitement oculaire qui l’empêchera de devenir aveugle alors que je sais qu’il peut se le permettre, mais qu’il préfère dépenser cet argent pour satisfaire son vice (qui peut être le jeu, l’alcool, les prostituées) ? Est-ce que je le laisse me « traire » un peu plus maintenant que je connais la vérité ou est-ce que je le laisse devenir aveugle ? »

À mon avis, les vraies questions pour quiconque a une conscience est

Quel choix est le bon choix ? Quel choix m’aidera à dormir la nuit ? Quand devrais-je me choisir moi-meme plutôt que les autres sans me sentir égoïste/inconsidéré/ingrat ? Comment puis-je savoir que c’est ma conscience plutôt que mon ego qui a fait le choix ?

La réponse n’est jamais facile et elle dépend de nombreux facteurs qui sont différents pour chacun. Certains de ces facteurs sont universels comme la culture, les traditions, la religion, les finances, la disponibilité et l’accès à des installations telles que les hospices, les maisons de retraite, etc. D’autres facteurs sont entièrement subjectifs et individuels car ils dépendent de l’enfance et du fait que la personne a grandi avec un style d’attachement sain et des limites saines.

Choisir le passé ou le futur ?

Prenons le premier exemple de la (je suppose jeune) personne qui doit décider entre sa propre éducation supérieure et son avenir et le « bien-être » de ses parents.

Dans un pays occidental, ce ne serait même pas un dilemme pour la plupart des gens. D’une part, il existe des structures pour les personnes âgées et, d’autre part, une bonne formation menant à la réussite professionnelle est très valorisée.

Dans les sociétés plus traditionnelles, notamment dans les pays en développement, les enfants sont censés rester sur place et s’occuper de leurs parents âgés, éliminant ainsi toute chance qu’ils pourraient avoir eux-mêmes d’être indépendants dans leur vieillesse, ce qui permettrait à leurs propres enfants de suivre leurs rêves et construire leur propre avenir.

À mon avis, cette pratique ne fait que perpétuer le cercle vicieux des enfants qui n’avancent pas dans la vie devant s’occuper de leurs parents ce qui fait perpétuer un décalage pour le développement du pays dans son ensemble.

Quelle est la chose éthique à faire?

C’est une autre histoire avec les exemples 2 et 3 avec les parents que j’appelle les  » trompeurs « . La façon dont je le vois, aider ceux-ci interfère avec le libre arbitre. J’irais jusqu’à dire qu’en les aidant nous ne leur laisserions pas assez d’espace pour prendre leur propre décision et « grandir » s’ils décident de le faire.

Mais c’est ainsi que je vois la situation, à travers mes « lentilles » qui se sont formées à travers ma culture, mes traditions, mon enfance et le processus de guérison des traumatismes passés et en essayant d’établir un style d’attachement sûr et des limites saines.

Je crois honnêtement que les parents ne devraient jamais, utiliser la culpabilité (explicitement ou implicitement) pour imposer à leurs enfants la responsabilité de prendre soin d’eux pendant leur vieillesse. À mon avis, les parents ne devraient jamais demander à leurs enfants (directement ou indirectement) de sacrifier leur propre vie et leur avenir. Au contraire, les parents devraient encourager leurs enfants à vivre pleinement leur vie et à faire des choix dans leur propre intérêt plutôt que dans celui des parents.

Comment faire un choix « impossible » ?

Une technique que j’utilise pour aider mes clients et moi-même à faire de tels choix « impossibles » est de les transporter mentalement dans le futur et en même temps de leur rappeler notre mortalité et que nous n’avons qu’une seule vie à vivre (pendant cette vie).

« Imaginez que vous êtes dans le futur. Imaginez que vous avez déjà fait votre choix et que vous l’avez vécu.

Considérez maintenant ce qui suit :

Si vous saviez que vous (ou vos parents) mourriez demain, à quel point vous sentiriez-vous à l’aise avec ce choix ? »

Photo by Alexander Schimmeck on Unsplash

Leave your thought here

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.