Que faites-vous pour engourdir la douleur émotionnelle ? Quel est votre « analgésique » de choix ?

Screenshot 2021-08-30 at 3.40.43 PM
Connaissance de Soi Développement Personnel & Croissance Guérison

Que faites-vous pour engourdir la douleur émotionnelle ? Quel est votre « analgésique » de choix ?

Êtes-vous conscient du fait que vous en avez un ?

Ma douleur émotionnelle se transforme en physique

Pendant des années, je ne fus pas consciente de la douleur émotionnelle que j’éprouvais. Je pensais que lasensation désagréable qui m’avait accompagnée toute ma vie et qui ne disparaissait que lorsque j’étais « enivrée » par l’adrénaline en jouant le casse-cou ou en pratiquant des sports de contact était normale.

Mon système nerveux était tellement perturbé par les traumatismes de mon enfance que je n’arrêtais pas de tomber physiquement malade. Une tumeur cérébrale à 25 ans (qui s’est avérée bénigne), une dépression et une anorexie à 26 ans, une maladie auto-immune à 29 ans, une tumeur du sein à 37 ans (bénigne également) et un mélanome malin (non bénin cette fois-ci) à 45 ans.

Je (sur)vivais grâce à l’adrénaline, au cortisol et à la dopamine qui ont empoisonné mon corps et mon psychisme pendant des années. Chaque fois que je tombais gravement malade, je faisais un changement drastique dans ma vie qui me permettait de continuer pendant un certain temps jusqu’à ce que mon corps, qui, d’ailleurs, ne ment jamais, m’arrête à nouveau.

Bien avant mon cancer, j’avais déjà expérimenté diverses méthodes de guérison, qui m’ont apporté des moments de calme, de lucidité et, j’oserais dire, d’éveil.

Malheureusement, cela n’a pas suffi car la douleur, la colère, le chagrin, l’anxiété, revenaient me hanter chaque fois que quelque chose les déclenchait à nouveau.

Nier mes sentiments et ma réalité

Pendant des années je niais mes sentiments et les événements traumatisants de mon enfance pour me protéger inconsciemment des vérités que, à l’époque, je ne pouvais pas affronter. Enfin, grâce aux moments de lucidité, j’avais appris à reconnaître et à reconnaître mes sentiments et à accepter ma réalité.Je dois admettre que grâce aux moments de lucidité, j’avais appris à reconnaître et à accepter mes émotions. Je ne me cachais plus derrière ma « spiritualité » ou ma « pensée positive ». Je ne fermais plus les yeux sur ce qui était auparavant qualifié comme « des sentiments négatifs que les personnes spirituelles n’éprouvent pas ». Chaque fois que j’éprouvais ces sentiments « indésirables », je faisais de mon mieux pour changer d’humeur et surmonter le « funk » en recourant à ma « drogue » de choix ; l’adrénaline par le sport. Si vous lisez mon blog « La colère et comment l’exploiter à notre profit », vous comprendrez ce que je veux dire.

Lorsque j’ai écrit le blog susmentionné il y a trois ans, j’avais déjà reconnu ma colère (et d’autres émotions dites négatives) mais pas le fait que j’engourdissais la douleur par la « narcotisation ». 

Les « analgésiques » émotionnels

J’ai commencé à prendre conscience du concept de « narcotisation  » seulement lorsque je me suis cassé le bras il y a deux ans. J’ai réalisé que je ne pouvais plus obtenir ma « drogue ». J’ai alors éprouvé un sevrage violent et ressenti ma douleur dans toute son ampleur.

Des mesures ont été prises (si vous me connaissez un peu, vous devez savoir que je suis une personne d’action – très proactive) et la douleur est partie. Vous pouvez tout lire à ce sujet dans mon blog « Qu’est-ce que notre colère essaie de nous dire ? »

L’acceptation de la blessure émotionnelle

Jusqu’à ce que je sois à nouveau « provoquée  » et que j’aie à nouveau recours à l’adrénaline. Devinez quoi ?J’ai été confrontée à une nouvelle blessure sportive. J’ai dû à nouveau m’asseoir sur la douleur. J’ai alors réalisé que jusqu’à ce que j’accepte mon traumatisme d’enfance, je ne sortirais jamais de ce cercle vicieux. Mes problèmes de santé, mes blessures, c’est mon corps, mon moi intérieur, ma sagesse intérieure, qui m’ont privée de l’ « anti-douleur » pour m’aider à voir le traumatisme et me motiver à le guérir plutôt que de le masquer.

Je vous en dirai plus sur la reconnaissance des expériences traumatisantes, mais pour l’instant, veuillez réfléchir à la question suivante :

Quel est VOTRE « antidouleur » de choix ?

Peut-être est-ce une addiction à la nourriture, à l’alcool, à la drogue, au travail, au sexe etc. ?

Photo by lilartsy on Unsplash

Leave your thought here

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *