Les écueils de la pensée positive

Je dois commencer par admettre que j’ai beaucoup lutté avec le titre de l’article d’aujourd’hui en pensant que c’est trop provocant parce que, pour certains, cela va à l’encontre de l’enseignement des maîtres spirituels. Donc je crains que certaines personnes ne puissent pas aller au-delà du titre pour le lire. Tant pis… J’avoue qu’il y a quelque temps, je ne l’aurais lu moi-même non plus ou je l’aurais lu pour penser à des arguments qui réfuteraient ce que l’auteur disait et pour me mettre en colère contre lui.

« Comment peut-il y avoir des écueils dans la pensée positive ? La pensée positive est ce que nous devons faire afin de mettre en œuvre la loi de l’attraction ! C’est LA chose à faire, le meilleur conseil que nous n’ayons jamais reçu de la part des maîtres spirituels. Nous devons être positifs et penser positif ! C’est le seul moyen de guérir / de vivre dans l’abondance / d’atteindre la tranquillité de l’esprit, etc. »

Ne vous méprenez pas. Je crois toujours avec ferveur à la pensée positive et j’essaie de l’appliquer dans ma vie quotidienne.

Ce que je dis, c’est que, comme avec tout dans la vie, ce commandement doit être appliqué avec sagesse, en toute honnêteté et il ne doit en aucun cas créer des sentiments de culpabilité ou de frustration…

Laissez-moi vous expliquer ce que je veux dire avec deux exemples.

L’autre jour, lors d’une séance de coaching avec un client qui est actuellement au chômage et qui s’efforce de joindre les deux bouts, j’ai remarqué qu’il était en colère et frustré, mais qu’il essayait de le cacher. Cette personne, optimiste par nature, comprend la valeur du coaching et malgré le manque de liquidité, elle a décidé d’investir à elle-même en cherchant un emploi en utilisant les utiles de coaching. Quand je lui ai demandé comment il se sentait, il a dit qu’il se sentait bien, mais quand j’ai souligné ce que je voyais en lui et l’utilisation de mots et d’expressions qu’il n’a pas utilisé auparavant, il a dit dans un élan de colère: « Qu’est-ce que vous voulez de moi ? Qu’est-ce que vous voulez que je dise ? J’ai régressé la semaine dernière. Je me suis fâché contre ma situation. Tout le bon travail que j’ai accompli pour attirer un emploi grâce à ma pensée positive et à mon attitude s’est évanoui. J’ai tout gâché ».

Pas plus tard qu’hier, une personne m’a contactée par téléphone pour demander des séances de coaching. Entre autres choses, je lui ai demandé sur quoi elle voulait être entraînée, quel était son objectif : Elle a répondu: « J’ai travaillé si dur pour pouvoir penser de manière positive. Je me suis entraîné, j’ai médité, j’ai tout donné. Cependant, il y a des moments où je suis entouré de tant de négativité que je ne peux pas rester positive. Il y a des moments où je perds mes moyens et je suis envahie par des pensées négatives ! Je ne veux pas que cela se produise ! Jamais !”

Ces deux incidents m’ont vraiment fait réfléchir. Si la pensée positive est censée nous aider à créer la réalité que nous voulons pour nous-mêmes d’une manière « spirituelle », pourquoi devrait-elle provoquer de telles réactions ? Pourquoi devrions-nous nous « flageller » quand nous nous rendons compte que nous avons « péché » et que nous avons laissé les pensées ou les sentiments « négatifs » prendre le dessus ? Pourquoi oublions-nous que nous ne sommes que des humains et que nous « avons le droit » de commettre des erreurs ? Pourquoi oublions-nous que (pour la grande majorité d’entre nous) si nous sommes incarnés, cela signifie que nous ne sommes pas parfaits et que nous avons encore des leçons à apprendre ?

Voici la définition que j’ai trouvée sur de nombreux sites Web quand j’ai googlé « Qu’est-ce la pensée positive ? » :

La pensée positive est une attitude mentale dans laquelle vous attendez des résultats bons et favorables. En d’autres termes, la pensée positive est le processus de création de pensées qui créent et transforment l’énergie en réalité. Un esprit positif attend le bonheur, la santé et une fin heureuse dans toutes les situations.

Pour aller plus loin, j’ai aussi cherché dans Google comment l’appliquer et parmi des conseils très utiles, j’ai trouvé ces deux qui, tout en ayant votre intérêt à cœur, peuvent être mal interprétés et créer de la frustration, de la colère, de la culpabilité et de la confusion.

1. Utilisez des mots positifs lorsque vous parlez.

2. Supprimez tous les sentiments qui ne sont pas positifs !

Laissez-moi vous poser deux questions:

1. Qu’est-ce qu’une fin heureuse ? Qui, parmi nous, peut prédire si une fin est heureuse ou malheureuse ? (Cliquez ici pour lire l’histoire du fermier chinois, si vous ne l’avez pas déjà lue)

2. Selon vous, en quoi consiste-t-elle la pensée positive ? Est-ce qu’il s’agit de vous mentir à propos de ce que vous ressentez ? Est-ce qu’il s’agit de nier, au lieu de reconnaître, vos sentiments ou, pire encore, la réalité ? Est-ce qu’il s’agit de prétendre que tout va « bien » même quand les choses se sont dégradées ? Est-ce qu’il s’agit de mentir à vous-même et à d’autres en disant que ce n’est ne pas grave de lutter financièrement / d’être malade / de perdre des personnes que vous aimez / d’être surchargé de travail et sous-payé / de ne pas se sentir apprécié etc. ? Est-ce qu’il s’agit de fermer les yeux sur toutes les injustices du monde ?

Eh bien, j’ai des nouvelles pour vous ! Ce n’est pas ça ! Vous vous trompez !

En principe, je ne suis même pas d’accord avec l’approche binaire « positif / négatif ». Quelque chose de positif pour nous pourrait être négatif pour quelqu’un d’autre. Tout est une question de perspective.

Je préfère de loin le terme compatible avec ce que je veux être ou ce que je veux accomplir à ce moment de ma vie.

Comment puis-je accomplir quelque chose si je ne reconnais pas et je n’accepte pas où je me trouve, c’est- à-dire, si je n’accepte pas la réalité ? Comment puis-je changer quelque chose ou moi-même si je fais semblant de ne pas le voir ? Comment puis-je travailler sur le moi imaginaire qui ne se fâche jamais et qui est heureux quoi qu’il arrive ? Comment puis-je être honnête avec moi-même et dire « Je suis au chômage / malade / en colère, etc. C’est ma situation actuelle mais je travaille pour la changer. » Si je vais bien ou si tout va bien, pourquoi ai-je besoin de la pensée positive ? Je n’en ai pas besoin car elle est là par définition. Elle est ma réalité !

Quand j’ai demandé à la personne qui avait travaillé si durement sur la pensée positive et qui voulait être positive 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, malgré la négativité qui l’entourait, de me dire ce qu’elle fait pour se démarquer de la négativité, elle a répondu « J’essaie de garder la pensée positive » …

LA PENSEE POSITIVE NE VAUT RIEN SANS L’ACTION POSITIVE !

Alors, au lieu de faire semblant, reconnaissez ! Au lieu de mentir à vous-même et aux autres, soyez franc ! Appelez un chat un chat et travaillez dessus ! Travaillez dessus en faisant preuve de compassion envers vous-même et envers la situation. Travaillez dessus en pratiquant la gratitude ! Travaillez dessus en ayant confiance à l’univers et au grand schéma des choses ! Et plus important encore, PASSEZ A L’ACTION POSITIVE !

2 Comments

  1. Nowacki dit :

    J’ai adoré ton article.
    Bien souvent à force de devoir toujours être dans la bonne pensée “positive” je me mentais à moi même. Du coup j’étais encore plus destabilisée car non seulement je n’était pas honnêtement dans la pensée positive mais en plus (double action) j’analysais la situation dans laquelle je me forçais à être et ce n’était donc qu’un beau tissu de mensonges.
    Ton article m’a aidé à mettre les mots justes et à avoir un meilleur ressenti sur ce genre de situation.

    • i-Ki Coaching dit :

      Merci d’avoir partagé ta propre expérience mon amie ! Il faut du courage pour admettre certaines choses et, toi, tu es une femme vraiment courageuse… Je suis reconnaissante à l’univers que je puisse témoigner ton “voyage” vers le bien-être… Je t’embrasse ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *